Hong Kong

Publié le par Dav

 

Hong Kong-23Si je vous dis "Hong Kong" vous allez tous imaginer la carte postale avec des dizaines de gratte-ciels au bord de la mer et puis aussi des appareils photo par chers. On y a passé dix jours et on a été surpris de découvrir bien plus. Bienvenue dans la Chine qui n'est pas la Chine, bienvenue dans une forêt de gratte-ciels au milieu de la jungle, Bienvenue dans les appartements lilliputiens, bienvenue à Hong Kong.
Si vous êtes au bureau, offrez un ou deux cafés à votre chef pour l'occuper, l'article est un peu long.

 

Hong Kong-41

Débarqués de l'avion puis menés en métro directement au cœur de la ville (au centre de la fameuse carte postale), l'immersion est brutale. En sortant de terre dans "Des Vœux road", nous sommes surpris de trouver une si petite rue, où un charmant tramway du début XXe se faufile entre les taxis rouges.

 

Ce n'est qu'en levant la tête que le vertige nous prend. Imaginez un étroit labyrinthe de parois vitrées toutes hautes de plus de cent mètres... C'est simple, on voit à peine le ciel.Et bien j'ai beau avoir vu mille fois ces images, ça m'a fait une drôle d'impression d'y être.

 

Hong Kong-1

Les hongkongais, eux n'y font plus attention. Au sol, la foule de tous poils, couleurs, langue ou religion vaque à ses occupations. Si E.T devait visiter la terre en une semaine, je lui conseillerai de commencer par là. Il pourra profiter des petites échoppes de médecine chinoise en buvant un café italien au pied d'un des plus haut immeubles que l'homme soit capable de construire, le tout dans sa langue maternelle(quelle qu'elle soit ou presque).

Hong Kong-29Bon, l'envers du décor c'est la pollution et le manque de place. Les familles de cinq ou six personnes s'entassent dans des appartements minuscules de 50 mètres carrés à 1200€ par mois. Beaucoup d'immeubles d'habitation, bien que très haut, ne correspondent pas à notre idée du modernisme: ils sont assez délabrés. Ceci dit, les hongkongais passent leur vie en dehors de la maison. Il faut dire qu'ils bossent beaucoup puis profitent de la ville le reste du temps. Du coup, il y a pas mal de cafés et de bars sympa.

 

Avec un climat très chaud et humide, Hong Kong est pourtant considéré comme la ville la plus fraiche de Chine en été. Impossible de compter les millions de climatiseurs qui ronronnent partout et en permanence. Dans les rues commerçantes, les boutiques aux portes grandes ouvertes (histoire de ne pas rebuter le bon client) arrivent même à rafraichir la rue. Quand on sait que l'électricité est produite par une centrale à charbon, on imagine bien que ça doit chauffer quelque part ailleurs.

Les hongkongais que nous avons rencontrés ont tous été très sympas et vraiment très différents des autres chinois (entendez beaucoup plus ouverts d'esprit). D'ailleurs je crois qu'ils ne sont pas super content d'être devenus chinois en 1997. Le gouvernement de Pékin, lui, est bien heureux de se servir de Hong Kong comme d'un sas d'entrée contrôlé vers la Chine, mais les habitants ont perdus en liberté d'expression. Disons qu'ils ont toujours le droit de s'exprimer, mais qu'on ne les écoute plus. Il y aurait aussi une forme d'encouragement à la colonisation par les chinois, plus dociles que les hongkongais (pourtant eux aussi d'origine chinoise).

On a d'ailleurs aussi eu l'occasion de maudire l'administration chinoise en renouvelant nos visa (C'est l'objectif officiel du séjour). Après avoir patienté cinq heures debout au consulat, ils nous ont fait comprendre que les français n'était pas les bienvenus en Chine et qu'il fallait de la paperasse supplémentaire (ainsi que refaire la queue). On à dû prolonger le séjour pour se la procurer (puis refaire la queue). Au bout du compte, ils ont bien voulu nous délivrer un visa de ... quinze jours, au lieu des six mois demandés.

Hong Kong-4

 

Tant pis, au moins ça nous à laissé plus de temps pour découvrir les alentours de la ville, car ce que la carte postale ne dit pas (relire le début de l'article pour ceux qui ne suivent pas); c'est que Hong Kong est recouvert à 80 pour-cents de jungle. A seulement 500 mètres du centre, on se retrouve seul au milieu des lianes et des moustiques. Et comme à Yingkou on a des moustiques mais pas de forêt ni de montagne, on en a profité. C'est incroyable les contrastes que l'on a pu découvrir.
A une demie heure de ferry, il y a de petites îles plus ou moins habitées. là bas, plus d'immeuble, plus de voiture, juste les collines, la mer, les pêcheurs, les plages et l'eau à 28°. Autant dire que lorsqu'il a fallu les quitter pour rentrer à Yingkou (où ça recommence à cailler), et bien ça a fais mal.N'hésitez pas à regarder l'album photo (dans la colonne de droite) pour en voir plus.

Pour finir, un grand merci à Geoffrey qui nous a hébergé et à qui on a pu raconter toutes les blagues pourries qu'on a retenu pendant huit mois. Merci aussi à Sean, Kitt et Mandy pour nous avoir fais connaitre un peu les hongkongais.

Hong Kong-27

Hong Kong-38Épilogue: Il semblerait que l'on puisse s'arranger avec la police locale de Yingkou pour prolonger un visa de 90 jours (No comment)

Publié dans Les voyages

Commenter cet article

Pierrel 24/10/2010 19:53



faut manger, t'es trop maigre. Le gras c'est la vie



Val 25/10/2010 11:17



T'inquiétes pas Pierrot,  je me laisse pas aller. J'ai commencé une cure hier soir avec des beignets de patates et je pense que les bons plats savoyard du retour vont soigner le reste. Ca
devrait pas être trop dure, il y a pas grand chose à rattraper et je pense même que les apéro devrait suffir! bises